Rechercher

Hypnose & TOC : faux tics et vrais patraques

Tic : geste, son, parole brefs, soudains, répétés inconsciemment. Tac : acolyte de Tic chez Walt Disney. Tic et Tac ne sont pas des écureuils mais des tamias ( petits rongeurs d’Amérique du Nord ). Tic a un petit nez noir et des dents resserrées. Tac a un gros nez rouge et les dents écartées. À l'origine les deux personnages ont le même caractère, communiquent de la même façon ( ces petits sons émis de cette fameuse voix aigüe accélérée ), et ont le même objectif : se goinfrer avec gourmandise du plus de noisettes possible. Plus tard, Tic devient le sérieux et Tac le gaffeur, histoire de donner la réplique au ronchon Donald Duck dont ils squattent le jardin. Du sérieux, de la maladresse, de l’impulsivité : autant de noisettes de la colère semées dans le jardin de l’anxiété généralisée. TOC : trouble obsessionnel compulsif. Un TOC combine une pensée obsédante à un comportement compulsionnel. Sur fond de culpabilité - la peur de mal faire ou de faire mal à autrui ( sans jamais être violent ) d’où naît un hypercontrôle. Contrairement à une phobie où le danger vient de l’extérieur, les TOC sont l’expression d’un danger venant de soi. Peur de la contamination, de l’erreur, d’être un danger, d’un désir sexuel, de perdre le contrôle … Là où les rituels du quotidien sont là pour nous rassurer, les TOC sont rythmés de rituels qui épuisent. Se laver les mains plusieurs dizaines de fois par jour, ne pas conduire de peur d’écraser un joggeur, tourner la clé six fois avant de vraiment fermer la porte, compter jusqu’à 14 avant chaque geste, ne plus sortir pour ne plus risquer d’avoir de mauvaises pensées, etc. Ils rongent la vie par un cerce vicieux où le soulagement, temporaire, ne peut venir que de la satisfaction liée à l’obsession dont il est question. Voire à plusieurs. Un récit détaillé ici pour se faire une idée d’un quotidien ainsi envahi ( et d'une libération par hypnothérapie ). Sous le prisme des neurosciences, on peut les observer et les expliquer en partie : dysfonctionnements du cortex cingulaire antérieur et des ganglions de la base, régions liées à la prédiction d’une récompense, à la flexibilité comportementale et au contrôle ( avec le cortex préfrontal ). En clinique, on diagnostique et on soigne les symptômes : psychothérapie +/- antidépresseurs pour calmer l’anxiété, voire stimulation magnétique transcraânienne.

En hypnose, on travaille le bois. Tic et Tac sont la traduction improbable de 𝘊𝘩𝘪𝘱 𝘢𝘯𝘥 𝘋𝘢𝘭𝘦 : bien avant les stripteasers ( ce qui ferait mauvais genre pour un dessin animé Disney, n’en déplaise aux complotistes à l’esprit excité ), il s'agit du nom d’un ébéniste anglais créateur de meubles, Thomas de son prénom. L’hypnose est donc une manière de travailler son propre « bois ». En observant la matière, l’essence, en l’interrogeant d’abord. Sous hypnose, les réponses à la question « pourquoi vous faites ça ? » peuvent apporter des réponses éclairantes et parfois sombres, enracinées dans les cernes émotionnels de la mémoire du corps. Alors un travail sur mesure peut commencer. En choisissant ses outils avec précision, en opérant avec finesse : dessiner les contours d’une pièce, découper assembler, laminer, réparer des marques, façonner, peaufiner les finitions. En modifiant le timbre ou le ton d’une voix intérieure qui intime l’ordre de vérifier 20 fois le gaz avant de sortir, en ménageant des moments de pause, en explorant les conflits internes à l’origine des pensées compulsives, en redonnant ( paradoxalement ) le contrôle… Comme une manière de créer de nouveaux meubles, de réaménager, redécorer, repenser l’espace, voire d'en créer de nouveaux. Hypnopraticien et ébeniste se doivent de respecter et de connaître le bois, l’essence qui se présentent à eux. Un bois vivant, avec ses caractéristiques propres, qui se modifie avec le temps et selon le milieu (stress, fatigue, perturbations hormonales, familiales… ) Parce qu'un TOC ( ou un trouble anxieux généralisé ) n’est gravé ni dans le marbre ni dans le cerveau. Un TOC, aussi solide qu’un hêtre ou qu’un épicéa, ne s’abat pas mais il peut se transformer - en bois plus tendre ou en tout autre chose. D’ailleurs, il existe des TOC qui s’attrapent sur TikTok : un exemple de 𝘔𝘢𝘴𝘴 𝘚𝘰𝘤𝘪𝘢𝘭 𝘔𝘦𝘥𝘪𝘢 𝘐𝘯𝘥𝘶𝘤𝘦𝘥 𝘐𝘭𝘭𝘯𝘦𝘴𝘴 chez des jeunes filles ayant développé un Syndrome de Gilles de La Tourette comme par mimétisme ou imprégnation, en regardant des vidéos en lien avec ce syndrome. Un exemple parmi d'autres de l'épidémie des troubles anxieux fonctionnels pendant de grandes phases anxieuses de confinements. 𝘣𝘦𝘪𝘯𝘨 𝘯𝘶𝘵𝘴 : être fou.

𝘩𝘢𝘷𝘪𝘯𝘨 𝘵𝘩𝘦 𝘯𝘶𝘵𝘴 : avoir la meilleure main possible au poker.

𝘩𝘢𝘷𝘪𝘯𝘨 𝘵𝘩𝘦 𝘯𝘶𝘵𝘴 𝘵𝘰 𝘥𝘰 𝘴𝘰𝘮𝘦𝘵𝘩𝘪𝘯𝘨 : signe de confiance et motivation.

( 𝘣𝘦𝘪𝘯𝘨 𝘬𝘪𝘤𝘬𝘦𝘥 𝘪𝘯 𝘵𝘩𝘦 𝘯𝘶𝘵𝘴 : un certain type de douleur masculine ).


𝐶’𝑒𝑠𝑡 𝑙𝑒 𝑡𝑖𝑐-𝑡𝑎𝑐 𝑑’𝑢𝑛𝑒 𝑝𝑒𝑛𝑑𝑢𝑙𝑒 𝑞𝑢𝑖 𝑓𝑎𝑖𝑡 𝑎𝑝𝑝𝑟𝑒́𝑐𝑖𝑒𝑟 𝑙𝑒 𝑠𝑖𝑙𝑒𝑛𝑐𝑒. 𝑆𝑎𝑛𝑠 𝑐𝑒 𝑡𝑖𝑐-𝑡𝑎𝑐, 𝑜𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛 𝑠𝑜𝑢𝑟𝑑. 𝑆𝑎𝑐ℎ𝑎 𝐺𝑢𝑖𝑡𝑟𝑦 / 𝑀𝑒𝑠 𝑚𝑒́𝑑𝑒𝑐𝑖𝑛𝑠



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout