Rechercher

Hypnose & endométriose : les muqueuses au forceps

Il y a un nom.

𝑒𝑛𝑑𝑜𝑠 : 𝑎̀ 𝑙’𝑖𝑛𝑡𝑒́𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 / 𝑚𝑒𝑡𝑟𝑎 : 𝑢𝑡𝑒́𝑟𝑢𝑠, 𝑚𝑎𝑡𝑟𝑖𝑐𝑒 / 𝘰̂𝘴𝘪𝘴 : 𝑚𝑎𝑙𝑎𝑑𝑖𝑒

Une manière de localiser le ressenti des troubles.


Il y a des chiffres. 200 millions de femmes dans le monde, 1 femme sur 10 en France.

25 à 40 de femmes ayant des douleurs lors de leurs rapports intimes, 30 à 40 % d'entre elles qui n’auront pas d’enfants en raison de ce diagnostic


Il y a un mot : douleur. Au moment des règles, des rapports sexuels, en urinant et plus.

Et tous ses corollaires : troubles du sommeil, du transit, relationnels. Fatigue chronique, stress, anxiété, méconnaissance ou incompréhension des proches et moins proches.

Une féminité et une sexualité mises à bas, voire sous le tapis.


Maladie féminine, donc largement négligée dans l’histoire médicale.

Maladie à l’étiologie encore mal définie.

Une seule certitude : des phénomènes inflammatoires sont à l'oeuvre et à la manoeuvre.


Maladie complexe : certaines formes stagnent ou évoluent plus ou moins lentement.

Des régressions spontanées (y compris sans traitement ) peuvent aussi être observées.


Maladie-mystère entourée d’inconnu(e)s, d’où sa position malaisée et incofortable dans le monde médical.


Pourquoi l’hypnose ?

En un ( premier ) mot : douleur.

Pour mieux la gérer, pour la diminuer, pour ne pas l’amplifier.

En visant une totale autonomie après une ou deux séances.


Au-delà des seules douleurs pelviennes, ce sont tous les autres facettes de l’endométriose qui peuvent être couvertes.

Troubles du sommeil, anxiété, changements de mode vie ( trouver un duo 𝘮𝘢𝘯𝘨𝘦𝘳 / 𝘣𝘰𝘶𝘨𝘦𝘳 adapté à soi ), rapport à sa féminité, jugements de soi, jugements sur soi, jugement des autres


Quelques pistes pratiques très bien développées, notamment sur le versant sexo, se trouvent ici.


Si une chirurgie est envisagée, l'hypnose peut se positionner en accompagnement péri-opératoire : avant, pendant et après l'opération pour favoriser le meilleur déroulement possible du traitement sur les plans de la récupération, de la cicatrisation, de l’anxiété. Entre autres.



Cause ou conséquence, endométriose et anxiété / dépression sont intimement liées.


Cause ou conséquence, les processus à l’oeuvre chez les femmes diagnostiquées ou non, purement physiologiques ou non ( oxymore ou non ) peuvent avoir un retentissement plus ou moins important sur la fertilité de celles qui en sont atteintes.

Dans une modeste étude, l’hypnose couplée à la médecine traditionnelle chinoise ont eu des résultats positifs sur les douleurs et sur la fertilité des participantes.



𝐿’𝑒́𝑡𝑎𝑡 𝑞𝑢𝑖 𝑒𝑛𝑔𝑒𝑛𝑑𝑟𝑒 𝑙𝑎 𝑟𝑒̀𝑔𝑙𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑖𝑓𝑓𝑒́𝑟𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑐𝑒𝑙𝑢𝑖 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑎 𝑟𝑒̀𝑔𝑙𝑒 𝑒𝑛𝑔𝑒𝑛𝑑𝑟𝑒.

𝐹𝑟𝑖𝑑𝑟𝑖𝑐ℎ 𝑁𝑖𝑒𝑡𝑧𝑠𝑐ℎ𝑒


Cause ou conséquence, les règles peuvent engendrer des douleurs difficilement supportables.

Cause ou conséquence, la règle voudrait que toute femme puisse se sentir responsable d’en devenir libérable.



6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout