Rechercher

Hypnose & émotions : gérez-les, je le veux ?

Les émotions, tout le monde en a, tout le monde en vit. Certains en parlent, beaucoup, parfois trop aux yeux de ceux qui n’aiment pas qu’on en parle (trop). Certains les vivent bien, intensément, à la folie. Certains pas du tout. Les émotions seraient-elles comme la richesse : l’idéal étant d’en avoir juste assez pour ne pas / plus avoir à s’en soucier ? À chacun de s’en faire une idée. Mais ce qui semble valoir pour tous et chacun : se couper de ses émotions semble être une mauvaise idée. Ce serait comme vouloir et décider, à l’échelle d’une vie, voire d’une société, de cloisonner une partie de son habitat, temporairement ou plus durablement. D’y parquer ce qu’on ne veut ni voir ni sentir. Voire de condamner ce ou ces endroits définitivement. Seulement, la vie étant ce qu’elle est, condamnez une pièce et elle vous reviendra tôt ou tard par effluves eten pleine figure. « Les émotions, c'est dans la tête. » En résumé : amygdale et peur, noyau accumbens et récompense, en dialogue permanent avec le cortex préfrontal pour moduler le tout. https://www.cairn.info/revue-cahiers-critiques-de-therapie-familiale-2002-2-page-73.htm Les émotions sont aussi - surtout - dans le corps et elles parlent de lui. Elles parlent de nous, qui ne sommes pas des cerveaux sur pieds et tapotant sur des claviers, mais bien un cerveau intégré dans un corps. Une émotion ne naît pas de nulle part. 𝘌𝘮𝘰𝘷𝘦𝘳𝘦 : 𝘮𝘦𝘵𝘵𝘳𝘦 𝘦𝘯 𝘮𝘰𝘶𝘷𝘦𝘮𝘦𝘯𝘵 Passer à l’action : se détourner d’une chose qui nous dégoûte, lâcher une attache, aller vers l’avant, poser ses limites, reculer pour éviter un danger, défendre son espace… Même la culpabilité peut avoir son utilité ( au niveau d’une société ). Une émotion n’est pas ressentie au hasard dans n’importe quelle partie du corps. Il semble y avoir un socle commun du vécu émotionnel, en partie révélé par ces expressions imagées, loin d’être hasardeuses : avoir le coeur serré, en avoir plein le dos, avoir des papillons dans l’estomac, avoir la poitrine comme dans un étau, se sentir pousser des ailes ( pour les plus chanceux, ou les hypnopratiquants ). Les émotions remuent les muscles, les vaisseaux et les viscères, à tel point qu’une carte corporelle émotionnelle peut être dessinée. On y voit comment une large gamme d’émotions est perçue au niveau de la poitrine - en lien avec la respiration et le rythme du coeur. Idem pour la tête, siège des modifications de la musculature du visage, du rouge aux joues et des larmes qui coulent. Les sensations perçues dans les membres supérieures seraient plutôt liées à la colère ou à la joie, celles des membres inférieurs à la tristesse. Peur, dégoût, anxiété, honte mais aussi joie et amour pour l’estomac. La joie irradie dans tout le corps, tandis que la dépression semble éteindre toute sensation. Il y a les émotions et la façon dont on les perçoit. Le coeur bat-il parce que l’on se sent en danger ? Ou se sent-on en danger parce que quelque chose a fait battre le coeur, avant même que l’on en ait conscience ? Une question amusante à se poser pour ces émotions / sensations qui nous limitent parfois, voire souvent.

L’hypnose est l’une approches qui permet d’aller aérer ces pièces intérieures qui sentent parfois le renfermé. Et de décider quoi faire : au seuil de la porte, est-ce le bon moment pour entrer ? pour simplement aérer ? ouvrir les volets et laisser entrer plus d’air et de lumière ? prendre le temps d’explorer la pièce ? la passer délicatement au plumeau ou y mettre un consistant coup de balai ( le kärcher est généralement à éviter ) ? la réaménager ? y convoquer des souvenirs, y rejouer certains moments de sa vie ? ou ne rien faire ? et puis partir en laissant la porte ouverte ou entrebâillée ? ou la refermer définitivement ? ou la faire communiquer avec d’autres pièces ? avec d’autres tout court ? ou ne rien faire ? Les pièces d’une maison sont l’une des métaphores (classiques) pour le faire. Il en existe autant que la créativité de chacun peut en inventer. Proposer d’améliorer sa gestion des émotions peut être une invitation à un mieux-être. Elle peut aussi devenir une incitation à un contrôle supplémentaire : un item de plus sur lune ‘to do’ list à rallonge, parfois bâtie sur des injonctions extérieures et que l’on s’imposerait à soi-même. Pour ne pas alimenter inutilement frustration, anxiété, tristesse… Explorer plutôt que gérer. Découvrir plutôt que maîtriser. Écouter plutôt que décréter. À chacun de s’en faire une envie. 𝐿'𝑒́𝑚𝑜𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑛𝑜𝑢𝑠 𝑒́𝑔𝑎𝑟𝑒 : 𝑐'𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑜𝑛 𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑖𝑝𝑎𝑙 𝑚𝑒́𝑟𝑖𝑡𝑒. 𝑂𝑠𝑐𝑎𝑟 𝑊𝑖𝑙𝑑𝑒

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout