Rechercher

Emile Coué : le poids des mots, le choc du credo

Dernière mise à jour : 21 févr.


Emile Coué (1857 - 1927) : l'apothicaire dont les années au comptoir l'ont convaincu de l'importance de la relation et de l'intention pour la guérison.

Au contact des fondateurs de l'école de Nancy - l'un des deux piliers de l'hypnose française à la fin du XIXe siècle, l'autre étant celui de La Salpêtrière - il développe sa méthode au nom désormais célèbre mais un peu méprisée, celle de l'autosuggestion consciente.


« Ce n'est pas, contrairement à ce que l'on pense, la volonté qui est la première faculté de l'homme, mais l'imagination. »


Pour vous en convaincre :

Avec toute la force de votre volonté : salivez ... ... ça marche moyennement ?

Alors, avec toute la force de votre imagination, pensez au plat ou à l'aliment qui vous met littéralement l'eau à la bouche.

Ou à défaut, pensez à un citron.

Fermez les yeux et voyez cet aliment, sa texture, son odeur. Imaginez le mettre dans votre bouche et ressentir toutes les saveurs, flaveurs, le plaisir que vous ressentez instantanément en retrouvant ce goût que vous aimez tellement.

Ou figurez-vous un morceau de citron jaune ou vert, sa taille, ses couleurs, sa peau plus ou moins lisse ou cabossée. Portez-le à votre bouche et croquez-le ou pressez un peu de son jus dans votre bouche. Ressentez instantanément l'acidité, le piquant, laissez venir les souvenirs et les autres mets naturellement associés.

Voilà, vous salivez.


Autre démonstration d'Emile Coué, avec le vertige :

Si on vous demande de marcher sur une planche de 10m de long posée au sol, aucune difficulté.

Si on vous demande de marcher sur cette même planche placée entre deux tours d'une cathédrale, en étant assuré en toute sécurité par un harnais, vous avancerez-vous ? 
Même en le voulant, si vous vous imaginez que vous ne le pouvez pas, vous êtes dans l'impossibilité de le faire.

Or si des couvreurs et des charpentiers sont capables de le faire, c'est qu'ils s'imaginent qu'ils le peuvent.

« Le vertige n'a d'autre cause que l'image que nous nous faisons que nous allons tomber : cette image se transforme immédiatement en acte. »


Ou celui de l'effet placebo et de son pendant plus nocif, le nocebo (prochain post à venir à ce sujet).

« L'idée d'insomnie crée l'insomnie.

L'idée de migraine crée la migraine.

Chose plus étonnante, il y a des gens qui sont aveugles, sourds ou paralysés, simplement parce qu'ils pensent qu'ils le sont. »


Et à chaque tiraillement entre volonté et imagination, c'est l'imagination qui l'emporte.

« Je veux dormir mais je ne peux pas. Je veux m'arrêter de rire mais je ne peux pas. »


Mais quand se produit l'accord entre volonté et imagination, alors survient une réelle synergie.

C'est ici que l'hypnose pointe le bout de sa transe.

Sous hypnose, l'imaginaire est décuplé, les pensées parasites (les jugements sur soi notamment) sont mises de côté, les effets des suggestions sont potentialisés.


En attendant de vivre votre premier / prochain état hypnotique, voici la vraie méthode Coué, celle de l'autosuggestion consciente :

« Tous les matins au réveil et tous les soirs, aussitôt au lit, fermer les yeux et, sans chercher à fixer son attention sur ce que l’on dit, prononcer avec les lèvres , assez haut pour entendre ses propres paroles et en comptant sur une cordelette munie de vingt nœuds, la phrase suivante :

 Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux*

Les mots « à tous points de vue » s’adressant à tout, il est inutile de se faire des autosuggestions particulières.

Faire cette autosuggestion d’une façon aussi simple, aussi enfantine, aussi machinale que possible, par conséquent sans le moindre effort. En un mot la formule doit être répétée sur le ton employé pour réciter des litanies.

De cette façon, l’on arrive à la faire pénétrer mécaniquement dans l’inconscient par l’oreille et, quand elle y a pénétré, elle agit. Suivre toute sa vie cette méthode qui est aussi bien préventive que curative. »

* ou toute autre phrase qui conviendrait à votre envie du moment, avec un peu de finesse : ~ ma jambe va repousser ne fonctionnera pas mais atténuer les douleurs au niveau de votre partie amputé, oui

~ je vais perdre 10 kg d'ici 10 jours serait probablement malsain pour votre corps mais je veux me sentir mieux dans mon corps vous incitera à faire ce qu'il faut pour commencer à perdre du poids, si c'est fondamental à votre mieux-être

~ je vais être plus belle produira un changement plus efficace et adapté en vous disant je vais me sentir plus belle


Pour un effet booster de cette méthode, imaginez-vous changé(e) comme vous le souhaitez : ce que ça change dans votre posture, dans vos gestes, dans votre apparence, dans vos paroles échangées avec les autres, dans vos relations avec les autres, dans vos pensées sur le monde....


Bonnes autosuggestions...




3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout